15/05/2019

FILM/STILLS, l'exposition d'Holly Fisher s'invite à la Film Gallery







Comme vous avez pu le remarquer en passant devant notre boutique, The Film Gallery a maintenant son emplacement à côté des éditions RE:VOIR.
Et c'est Holly Fisher qui est à l'honneur ce mois ci, la cinéaste américaine à posé ses valises à Paris pour votre plus grand plaisir. Après la projection de son film "Bullets for Breakfast" édité aux éditions RE:VOIR au cinéma de l'Archipel, l'artiste nous introduit dans son univers par le biais d'autres médiums.






"Presque chacune des sept œuvres incluses dans l’exposition «Films / Stills » de Re-Voir «provenait de divers médias amateurs, notamment des vidéos de 8 mm, S8, Hi-8 et iPhone. Et alors que les images originales ont peut-être été filmées par moi dans un moment palpitant - de manière ludique et impulsive, plusieurs images à la fois et en quelques minutes à l’aide d’une imprimante JK Optical (film) et plus récemment, via plusieurs pistes vidéo rendues possibles sur une timeline de montage vidéo Avid. Ma façon de travailler est donc un mélange de spontanéité, de hasard et d’intention rigoureuse, du début à la fin."




"Le changement de lumière, de couleur et de mouvement me motive à tourner un film, mais c’est la combinaison complexe du rythme et de la pensée qui est le processus de montage, où je sens que mon travail est situé (et où j’ai mon vrai plaisir tourment!). Mon intérêt le plus profond est dans la perception, la mienne et celle du spectateur. Je travaille donc avec juxtaposition, répétition et autres manipulations variées, notamment pour amener le spectateur à ma propre façon d’explorer les images, les idées et la création de sens. Cadrer le travail dans le cadre du je fais, c’est essentiellement combiner encore avec le mouvement à la fois entre et dans les images. Dans ce contexte, la fonction de narration n’est plus de couleur rouge. Il en résulte un tissu d’images et d’idées en constante mutation, au sein duquel le spectateur doit tirer ses propres conclusions de l'avenir"


 Holly Fisher






👀 Exposition au 43 rue du Faubourg St Martin 
jusqu'au 21 juin 

🎬 DVD disponible ici 

09/04/2019

Les tiroirs à RE:Découvrir, une nouvelle rubrique pleine de surprises pour les amoureux du cinéma

Déjà 24 ans que les éditions RE:VOIR existent ! 

En autant d'années, nous avons eu le temps d'accumuler beaucoup de souvenirs autour des cinéastes rencontrés et de leurs films. 
Cette année nous avons décidé de partager ces souvenirs. Des photos, des lettres et des films qui nous font remonter le temps.
Une occasion de re-découvrir des moments et des histoires 




A la une ce mois-ci, c'est le cinéma de Marcel Hanoun qui est à l'honneur! 






Un arbre fou d'oiseaux (1996),


un court métrage en couleur racontant le long travail de mémoire et d'écriture de Sabine dans le but de faire le deuil de la mort de son ami. 








 L’être à l'autre (2001), 


Dans sa solitude, un homme rêve, imagine, fulmine, éructe. Face à son ordinateur, il écrit, il envoie des e-mails, comme des bouteilles à la mer. Robinson, il tente de s’évader, non d’une île déserte, mais d’un monde d’apparences, déserté, vide, inconsistant, mirage d’un mirage.






La boulangère et la cosmonaute (1997), 


Un court métrage de 21 minute racontant le fait qu'une cosmonaute et une boulangère ont été sur le même banc d'école.

Chemin d’humanité (1997)


"La mémoire des Massey (leur saga comme ils disent) appartient à tous. Cinéaste, je m’en suis emparé pour en faire un film que je revendique comme ne m’appartenant déjà plus." (Marcel Hanoun). L’entreprise Massey-Ferguson était implantée dans la zone industrielle de Marquette-lez-Lille (Nord) depuis 1920. Son objet industriel était la fabrication de tracteurs et de moissonneuses-batteuses. En 1983, cette entreprise ferme définitivement ses portes. Ainsi disparaissait l’entreprise métallurgique la plus importante de l’agglomération lilloise. Dix ans après, les formes d’organisation ouvrière subsistent : le syndicat qui, avec le temps, est devenu un syndicat de retraité(e)s avec la mutuelle, la fête de Saint-Eloi, ainsi que la publication du bulletin d’information mensuel des salariés : "l’Unitaire". La production de ce film s’inscrit dans le cadre de la démarche globale de l’association TEC/CRIAC sur la culture et la mémoire du monde du travail et plus particulièrement dans le projet de la "saga des Massey"



Jeanne, aujourd’hui (2000)


À huis clos, une comédienne répète des textes du procès de Jeanne d'Arc. Elle est filmée par une caméra occulte : un écran de télévision, en arrière-plan, restitue son image, image parfois "désynchronisée". Répète-t-elle un spectacle théâtral, télévisuel, cinématographique ? Un personnage féminin "dont on ne voit que la voix" apparaît de temps à autre, filmé de dos, comme en contrechamp, en contrepartie de Jeanne. Cette femme, témoin, énonce des réflexions possibles de spectateurs sur le personnage historique de Jeanne, sur sa représentation éventuelle en images cinématographiques. Des détails récurrents de son parcours traversent le film, jusqu'aux flammes de son supplice.







Les amants de Sarajevo (1994), 


Un court métrage de 23 minutes à la mémoire d'un jeune couple bosniaque assassiné lors de sa fuite à Sarajevo 


Suivez nous sur notre page Facebook et notre Instagram  pour plus de photos et d’événements ! 




05/04/2019

Sortie DVD et Projection de Bullets for Breakfast de Holly Fisher

SAVE THE DATE ! 



Depuis le milieu des années 1960, Holly Fisher est active en tant que cinéaste, graveuse, enseignante et monteuse de films indépendants. Ses courts métrages expérimentaux et ses films-essais sont des explorations dans le temps, de la mémoire et de la perception.






BULLETS FOR BREAKFAST (1992, 16mm, color, 77ʹ)
Des images extraites de My Darling Clementine de John Ford sont à la base d'une interprétation provocatrice dans le film de Holly Fisher, Bullets for Breakfast («Des balles pour le petit déjeuner»). Holly Fisher en mêlant à de magnifiques images faites à la tireuse optique, un dense tissage d'histoire, de poésie et de narration visuelle, explore l'envers violent d'une autre frontière : les relations des genres. Juxtaposant un écrivain de western de pacotille à un poète féministe et une femme travaillant dans une usine de harengs fumés à des personnages de toiles de maîtres européens, Holly Fisher réorganise les images et les histoires selon des motifs musicaux. Bullets for Breakfast, hybride enchanteur des techniques expérimentales et documentaristes, exploite les profondeurs de la subjectivité, brouillant les séparations entre mythe et réalité, fait et fiction.




FROM THE LADIES (1977, 16mm, 20')

GLASS SHADOWS (1976, 16mm, 13')

THIS IS MONTAGE (1978, 16mm, silent, 7')

SOFTSHOE (1987, 16mm, 20')

+ livret de 28 pages / 28 pages booklet

Click HERE 


PROJECTION AU CINEMA DE L'ARCHIPEL 





FUTUR ANTÉRIEUR #4 • HOLLY FISHER
MARDI 7 MAI À 20H AU CINÉMA L'ARCHIPEL
TUESDAY 7TH MAY AT 8PM AT CINEMA L'ARCHIPEL


PROJECTION💥 SIMOOM, 19', 2019 (première mondiale world premiere)
💥 BULLETS FOR BREAKFAST, 77', 1992


en présence de Holly Fisher
in the presence of Holly Fisher


22/03/2019

De nouvelles caméras sont arrivées !

Le printemps arrivant à grand pas, pourquoi ne pas profiter du soleil pour partir tourner dans les rues vos nouvelles découvertes et expériences ?

Chez RE:VOIR nous sommes heureux de vous annoncer l'arrivée de nos nouvelles protégées et il y en a pour tous les goûts! 






Nizo Super 8 camera, model 148XL,

fully refurbished, in perfect working condition.
Serial number : 1119474
1119474







Nizo Super 8 camera, model 148 Macro,

fully refurbished, in perfect working condition.

Serial number : 1264141
1264141


Nizo Super 8 camera, model 136XL, 

fully refurbished, in perfect working condition.


Serial number : 1065742
1065742




Nizo Super 8 camera, model S800, 

fully refurbished, in perfect working condition.
1096659


Canon 814 XL Super 8 camera 

in mint condition, verified by our technician.  Sold with original box with instruction manual and shutter release remote
134876



BEAULIEU 4008 SUPER 8 CAMERA



Reconditioned Beaulieu Super 8 camera and lens customized to your specifications








NALCOM FTL 1000 SYNCHRO ZOOM SUPER 8 CAMERA




Refurburished Nalcom FTL 1000 Synchro Zoom Super 8 camera with lens, strap and handle


14802


Jacques Perconte, sortie DVD de Paysages & Corps


Comme rien de la machine ne lui est étranger, Jacques Perconte sait pousser celle-ci à ses limites, penser à partir de ses insuffisances, créer en fonction de ses erreurs. La machinerie informatique pour lui n'est pas fidèle au monde en ce qu'elle serait capable d'en enregistrer et traiter les apparences, mais parce qu'elle peut dégager des vibrations, en particulier chromatiques, non pas mimétiques, mais analogues aux vibrations du réel.
- Nicole Brenez

Jacques Perconte est un réalisateur de films expérimentaux et un plasticien français né en 1974. Son film Après le feu a fait le tour du monde des festivals.



RE:VOIR présente le Blu-Ray de l'artiste Jacques Perconte - Paysages, de 77 minutes, contenant les 4 films:  UISHET, APRÈS LE FEU, IMPRESSIONS, CHUVA et un livret de 44 pages.

Ainsi que le DVD Corps de 77 minutes également contenant les 3 films SNSZ, UAOEN, ISZ aisni  qu'un livret de 44 pages.

Disponibles ici





Né en 1974 à Grenoble, Jacques Perconte vit et travaille aujourd’hui à Paris après avoir passé une vingtaine d’années dans le Sud-Ouest. Même s'il est reconnu comme l'un des pionniers français de l'art sur internet, c'est avant tout l'un des tout premiers à avoir envisagé la vidéo numérique comme un médium. Au début des années 2000, il ouvre la voie du travail de la vidéo par les codecs (travail sur la compression à contre-sens de l'industrie). Il donne ainsi au numérique une nouvelle dimension picturale.


 Après le dessin j'ai découvert la peinture puis la vidéo, l'informatique et les réseaux. Je suis passé par les cours du soir des Beaux-Arts, par l'université, par le CNRS. Arts plastiques, cinéma, philosophie, design interactif, systèmes d'information, stratégie d'innovation… J'ai plongé dans le numérique en 1995. 




Jacques Perconte explore le corps, le paysage et la couleur à travers les supports numériques. Après une entrée en matière très classique par le dessin et la peinture, Internet et la vidéo ont été les grands points de départ. Ses premiers films datent de 1995 et ses premières œuvres internet de 1996-1997. Ses œuvres circulent depuis 1997.


Joost Rekveld, une compréhension intime et poétique du monde technologique



Motivé par la question de savoir ce qu'on peut apprendre d'un dialogue avec les machines, Joost Rekveld explore dans son travail les conséquences sensorielles des systèmes de sa propre conception qui combinent dogmes temporaires sous forme de procédures ou de codes avec des éléments plus ouverts tels que des réseaux d'interactions. Dans leur sensualité, ses films tentent d’atteindre une compréhension intime et incarnée de notre monde technologique.

Aujourd'hui les éditions RE:VOIR présentent 11 Films, un DVD Blu-ray regroupant onze films ainsi que deux films bonus qui s'inscrivent dans la longue histoire de l'optique et de la perspective pour s'établir comme une véritable musique visuelle. Cette approche radicalement inventive de la forme et du mouvement font de l'oeuvre de Joost Rekveld une expansion diverse marquée par une grande rigueur formelle et d'une poésie visuelle et auditive riche et expressive.



Ses films abstraits ont été présentés dans le monde entier dans un grand nombre de festivals et de lieux de tournage de films expérimentaux, d’animations ou d’autres types d’images en mouvement. Il avait des rétrospectives au Barbican de Londres et au festival du film d'Ann Arbor, entre autres. En 2017, il était cinéaste à la une du Festival international du film de Rotterdam. Des films individuels ont été projetés dans des centaines de lieux, dont l'ICA et la Tate Modern à Londres, le Centre Pompidou à Paris et le Moderna Museet à Stockholm. Son film «# 11, Marey <-> Moire» a été le premier film néerlandais à être présenté au Festival de Sundance.



DVD disponible ici



27/02/2019

L'exposition Keep Singing continue avec des projections chaque jour !





Après le succès de son vernissage samedi dernier, The Film Gallery continue son exposition Keep singing à la galerie Window jusqu'au 23 mars. 

Une occasion de découvrir les œuvres rassemblées par les amis de Jonas Mekas. Dessins, photographies mais aussi projections. 

En effet, comment faire une exposition sur un cinéaste sans partager ses films ? 
Le Gustave café en face de l'exposition s'est donc transformé en salle de projection pour deux semaines, avec chaque jour un nouveau film de Jonas Mekas au programme. 

Une occasion de découvrir ou de re-découvrir ses œuvres. 






Programmation pour cette semaine :



25/02 Lundi-Monday- Lost Lost Lost (1976, 3 hours)

26/02 Mardi-Tuesday- Guns of the Trees (1962, 87 min)

27/02 Mercredi-Wednesday- The Brig (1964, 68 min)

28/02 Jeudi-Thursday- Reminiscences (1972, 82 min)

01/03 Vendredi-Friday - He Stands in the Desert Counting the Seconds of His Life (1985, 150 min)

25/02/2019

Projection consacrée au cinéaste Marcel Hanoun






Le 5 mars au cinéma de l'Archipel, FUTUR ANTERIEUR, le cycle de rencontre autour du cinéma propose une séance consacrée au cinéaste Marcel Hanoun.
Au programme Des hommes qui ont perdu racines, un documentaire poétique de 17 minutes traitant de réfugiés hongrois dans des camps en Autriche après la révolution manquée à Budapest. Suivi d'un long métrage de 68 minutes, Une simple histoire, primé à Cannes en 1959 pour le Grand prix Eurovision, retraçant les difficultés d'une mère et d'une fille à leur arrivée à Paris. L'occasion de revenir sur l'un des mentors du cinéma expérimental.



« La force d'une image est de s'interrompre, d'être suspendue du temps et de ne s'accomplir que dans l'imaginaire »

Né à Tunis le 22 octobre 1929 et contemporain de la Nouvelle Vague, Marcel Hanoun pratique un cinéma emprunt de poésie ou la forme se retrouve plus importante que le récit même. Ayant pratiqué dès les années 50 des recherches poussées sur le dé-synchronisme linguistique entre image et son, ses films relèvent de l'abstraction narrative. Soutenu par le cinéaste Jonas Mekas le considérant comme l'un des cinéastes français des plus important depuis Robert Bresson, il est aussi loué par Jean Luc Godard qui dans les Cahiers du Cinéma avait prédit l'avènement d'un « outsider » après avoir vu son premier long métrage Une simple histoire en 1958.

Tourné en 16 mm, ce long métrage proche d'un registre néo-réaliste nous offre un contraste quasi photographique avec en héroïne l'actrice Micheline Bezançon dans le rôle d'une jeune femme pauvre arrivée à Paris avec sa fille dans le but de trouver un emploi. Au fil des jours, ses économies se lapident rapidement. C'est à travers un flash-back prolongé que l'on comprend son histoire. L’héroïne raconte ses errances par l'intermédiaire d'une voix-off reformulant et répétant les dialogues, faisant écho au titre, rien d'autre que ce qui semble se passer ne se passe réellement.
La simplicité de l'histoire évoquée par le titre se retrouve à travers la façon du réalisateur de filmer, la caméra est presque immobile permettant de capter de captivantes de prises de vue en intérieur.

Par l'intermédiaire de la voix off et de ces plans, Marcel Hanoun semble vouloir souligner un isolement, celui de son héroïne dans une ville morose. Elle se retrouve comme une étrangère d'un univers qu'elle ne perçoit qu'à travers la vitrine d'un concessionnaire automobile. Par cette structure narrative austère, une distance même se fait ressentir pour le spectateur qui lui même fini par ressentir cette distance face à l'histoire.




Le projection au cinéma de l'Archipel est une occasion de voir ou re-voir Une simple histoire, véritable classique du cinéma de la nouvelle vague française. Et pour ne pas s'arrêter simplement à un visionnage passif de l’œuvre de Marcel Hanoun, une discussion autour des films est organisée après la projection avec la participation de Gérard Courant, cinéaste, poète et producteur indépendant français de renom



EVENT HERE 

14/02/2019

Nouvelle sortie DVD : PLUNGE de Vivian Ostrovsky 



An intimate – yet humorous – act of cultural resistance, the cinema of Vivian Ostrovsky is a gesture, implying the filmmaker’s entire body – as she travels around the world, carrying the gear, framing with a camera-eye. She digs in archival footage for an immense repertory of cinematic gestures performed by others – and playfully edits them with her own Super-8 shots. Multi-culturalism and polyglotism are woven into this poetics of displacement."
- Bérénice Reynaud

Un acte de résistance culturelle à la fois intime - mais humoristique - le cinéma de Vivian Ostrovsky est un geste qui implique tout le corps de la cinéaste - lorsqu’elle parcourt le monde, emportant l’engrenage et la cadrant avec un œil de caméra. Elle fouille dans des images d'archives pour trouver un immense répertoire de gestes cinématiques exécutés par d'autres personnes et les édite de manière ludique avec ses propres prises de vue Super-8. Le multiculturalisme et le polyglotisme sont intégrés à cette poétique du déplacement. "

- Bérénice Reynaud

2 discs, 16 films, 60-pages booklet with articles by Amy Taubin, Frederico Rossin, Vivian Ostrovsky.

03/12/2018

Available L'Enfant Secret by Philippe Garrel!!!




RE:VOIR is proud to announce the release of one DVD with feature film by Philippe Garrel


Four chapters based on the birth of a 'secret child', or a film, with chapter titles: "La séction Césarienne" (Caesarian section: a descriptive detail introducing the mother); "Le dernier guerrier" (the last warrior: how the father sees himself); "Le cercle ophydique" (the serpent's closed circle: the couple reunites at the psychiatric ward); "Les forêts désenchantées" (unfairy forests: the film in the making).

L'ENFANT SECRET, Philippe Garrel, 35mm, b/w, mono, 95' with Anne Wiazemsky, Henri de Maublanc, Xuan Lindenmeyer, Cécile Le Bailly, Elli Medeiros and a booklet of 44 pages with texts from Serge Daney, Philippe Garrel, Thomas Lescure.

Buy HERE!