03/10/2019

Sortie DVD Virgil Widrich Short Films

AVAILABLE NOW:
SHORT FILMS by VIRGIL WIDRICH
En boutique et sur notre site en ligne

 
Virgil Widrich is an Austrian film-maker and multimedia artist. 
He started his film-making career very early at the age of 13 by shooting on a super-8 camera.

The DVD includes eight short films, as well as two bonus works by Widrich.

"Probably the single most startling new discovery was 12-minutes short [Copy Shop] by young Austrian director Virgil Widrich. The film consists of 18.000 photocopied frames, making it neither strictly live action nor animation, and the blurry black-and-white makes it look like a lost Murnau film."
-The Guardian
 
 
 
Virgil Widrich est un réalisateur et artiste multimédia autrichien.
Il débuta dans la réalisation des films très tôt, avec l'âge de 13 ans en se servant d'une caméra super-8. 

Compilation DVD de 8 courts métrages et de 2 titres bonus du cinéaste Virgil Widrich.

"La nouvelle découverte la plus surprenante a probablement été le court-métrage de 12 minutes [Copy Shop] du jeune réalisateur autrichien Virgil Widrich. Le film se compose de 18.000 images photocopiées, ne constituant donc ni un film classique, ni une animation, mais dont les images floues en noir et blancnous rappelent d’un film perdu de Murnau."
-The Guardian

25/09/2019

Sortie DVD Marcel Hanoun OCTOBRE À MADRID

NOW AVAILABLE !!
OCTOBRE À MADRID de MARCEL HANOUN
En boutique et sur notre site : https://bit.ly/2oa30Qm

We are happy to follow up our recent release of Marcel Hanoun's UNE SIMPLE HISTOIRE with a DVD featuring another of Hanoun's earlier films, OCTOBRE À MADRID.  This DVD was made possible with collaboration from INA and the Association Marcel Hanoun.

Nous sommes heureux de donner suite à notre sortie récente du DVD A SIMPLE HISTORY avec un DVD présentant un autre film du début de la carrière de Hanoun, OCTOBER À MADRID. Ce DVD a été rendu possible grâce à la collaboration de l'INA et l'Association Marcel Hanoun.

"By immediately attacking our comfort as a spectator by breaking with the classic narrative style, he proposes a reflection on the creative process, on the making of a film, on this mixture of natural and artificial characterizing of cinema…"
by Vinz J. Orlof

"En s’attaquant immédiatement à notre confort de spectateur rompu à la narration classique, il se propose d’être une réflexion sur le processus créatif, sur le film en train de se faire, sur ce mélange de naturel et d’artifices caractérisant le cinéma…"
Par
Vinz J. Orlof

06/09/2019

KAHL film stock available

Looking for a healthy dose of that vintage look for a shoot, try out some of KAHL's Super 8 and Double 8 film we have in stock. Sold with processing included. Available here : https://bit.ly/2k3jyrj

31/07/2019

Reflections on Paul Clipson’s "Landscape Dissolves"

Glittering with light, simmering with passion, and haunted by memories, Paul Clipson’s films are enigmatic. Like prisms they can be studied from a number of angles without becoming transparent. Like ephemerality they may be ungraspable in their totality. Accordingly, they tempt me to only discuss them in terms of formal particularities. It would even be foolhardy to ignore Clipson’s singular rhythmic tendencies and his constant collaboration with musicians. It would be equally remiss to ignore his stunning play with light. Nevertheless, the films in Landscape Dissolves contain a gestalt that organizes and even enables these parts to create a coherent body of work. Simply put, Landscape Dissolves demonstrates a mode of perception wherein subjective mental states merge with physical experience. Each of his films investigates, enriches, and iterates this study. To understand Clipson’s simultaneously multi-dimensional and focused body of work we must first orient him around those who have tread similar waters. Filmmakers Stan Brakhage and Nathaniel Dorsky have both written about their artistic practices, and their writings will build a foundation from which to consider Clipson’s oeuvre. Formal analysis of his films themselves will demonstrate the ways in which Clipson’s work aligns with sentiments expressed by Dorsky and Brakhage and how it deviates. Finally, and in conclusion, some words from Alain Badiou will emphasize the value of a filmmaker like Clipson.
 
When considered in terms of experimental cinema’s relatively brief history, Clipson’s phenomenological play can be related most recognizably to the writings of Stan Brahkage and Nathaniel Dorsky. Brakhage’s expansion of the idea of camera-as-eye is vital for understanding Clipson’s work. In Metaphors on Vision, Brakhage ascribes the camera with the potential to approximate the original perception of childhood. An innocent gaze[1]. The camera’s images, especially as they are projected and received by a retina, cannot be literal documentations of some reality, but they can start to suggest an almost sacred kind of perception. Thus even in the most biological, and thereby physical, analogy for the camera, psychological states are present. Congruently, Nathaniel Dorsky writes, “when cinema can make the internalized medieval and externalized Renaissance ways of seeing unite and transcend themselves, it can achieve a transcendental balance.”[2] Dorsky thereby explicitly states that when the psychological meets the physical we reach a kind of new knowledge. Clipson’s works are not simply modernizations of Brakhage or formal variants on Dorksy, but in order to suss out the way Clipson’s work deepens these perspective we must turn to the films themselves.
 

Play between interior and exterior is the crux of Clipson’s films. Each film is an iteration of this theme, an experiment in perception, but Absteigend illustrates this unifying gestalt in its structure and is therefore a good place to begin study. Absteigend could be seen as a simple study of urban architecture and its lights, darks, lines, and movements. And the first half of the film appears as such. High-contrast shots of urban abstraction are dense with grain. Trains roll by like modernist caterpillars. However, about half way through the film Clipson presents us with the reflection of this imagery in the water of some mud puddles. The angle and height of the camera suggests a human perspective, and the inverted and distorted imagery is a perfect metaphor for the inverted and imperfect images received by the human retina. After this moment we are treated to superimpositions and densely layered imagery. Before the images crawled, now they dance. We also see human figures for the first time. Brute physicality is put into motion by human experience and consciousness. A city becomes a symphony. In Absteigend the message is clear, perception animates the inanimate.
While Absteigend emphasizes a rift between the physical world its subjective counterpart, Chorus dissolves tension between these worlds into harmony. In the beginning of Chorus we fade through a mixture of spiritual, scientific, and organic visual metaphors for the eye. Church windows diffuse soft red light. The moon on a cloudy night fades into a circular fluorescent bulb. The visual effect of a rack focus even causes this light to appear as a human eye for a few moments. Puddles of water refract shimmering gold orbs. This combination of signifiers for vision or its augmentation speaks to the combination of inner/outer perception Dorsky references and is the kind of high knowledge Brakhage talks about in Metaphors on Vision. Religion and spirituality are a way in which we filter the refractions of an elusive physical world. Technology and industry are not barriers to this world so much as another refraction or augmentation of it. Chorus elucidates this experience of the world through the lens of civilization and religion, but the phenomenon apprehended remains concrete, powerful, and undeniable.

Origin inserts cogent thought directly into material experience. Human construed time converses with pure duration. Images of a woman walking away from the camera replay obsessively as in a memory of a lost love or family member. The actual world interjects in and merges with this Proustian memory through the rhythmic, constant, and reliable crashing of waves on a beach and the molecular ripples of the water. The soft droning of the music follows neither the woman nor the water and it serves rather to connect them in their different yet equated representations of time. The rhythms of subjective time and material time flow in and out of each other in tidal fashion.

Thusly, Paul Clipson does not have one view of the way vision or experience operates, which perhaps, is why we have no written manifesto from him. Instead we have collaborations and experiments. Every film in Landscape Dissolves is set to a soundtrack produced independently from the film. The music is not a score or accompaniment but another phenomenological layer. Clipson would screen his films with live musical performances without manipulating either element beforehand to suit the other. True conversation. Clipson plays in the perceptive world noted by Brakhage and Dorsky. He gives us ideas and experiences to reflect upon. Film philosopher Alain Badiou writes that there “is no real opposition between constructed time and pure duration since it can install one within the other, something that is always done by the great filmmakers, really only the greatest ones.”[3] Each one of Clipson’s films show a new relationship between discontinuity, or interiority, and exteriority or continuity, and in this way Clipson’s films as a whole show a deeper knowledge of time and perception than any single manifesto or roll of celluloid could. In this way they are crystalline but never opaque, eclectic yet focused, brilliant and enigmatic.
 -Collin Kluchman
[1]
Brakhage, Stan. Stan Brakhage: Metaphors on Vision. (Light Industr.
2]
Dorsky, Nathaniel. Devotional Cinema. (Berkeley, CA: Tuumba, 2005), 27.
3]
Badiou, Alain, Antoine De. Baecque, and Susan Spitzer. Cinema. (Cambridge: Polity, 2013), 219.

DVD available here : LANDSCAPE DISSOLVES DVD
Released in collaboration with Students of Decay records : https://studentsofdecay.com/

23/07/2019

« Films sans projection », la nouvelle exposition à la Film Gallery

Boucle "Blue et Jon" de Hector Castells Matutano

La nouvelle exposition « Films sans projection » a été inaugurée le 4 juillet à la Film Gallery. C'est un projet collectif d'artistes amoureux du cinéma expérimental. Ils proposeront chacun une pièce pour représenter leur idée du film sans support de diffusion. Lors du vernissage, les visiteurs ont eu la chance de voir trois performances différentes. Autour de l'exposition, plusieurs événements et ateliers seront organisés par les artistes pour découvrir leurs œuvres et échanger autour de l’idée de “films sans projection”.



Les artistes participants:

Louis Benassi
Tomaz Burlin
Hektor Castells-Mututano
François Delagnes
Distruktur
Nathaniel Draper
Marguerite Harris
Lijana Jakovlevna Siuchina
Jia Li
Marc Plas
Anna Thew
Jim Stickel
Diana Vidrascu
Jake Wiener
Olivier Cans


Exposition au 43 rue du Faubourg St Martin
jusqu'au 28 août
jusqu'au 21 juin

17/06/2019

Projection au cinéma de l'Archipel le 9 juillet dédiée à Philippe Garrel







FUTUR ANTÉRIEUR est un nouveau cycle de rencontres proposé au Cinéma L'Archipel. Tous les deux mois, des films du cinéma dit "expérimental" seront diffusés en présence de leurs auteurs ou de spécialistes.
En lien avec le travail d'édition de Re:Voir, ces séances seront conçues chacune sur mesure pour les œuvres et leurs auteurs.

Cette cinquième et dernière séance est consacrée à l'artiste Philippe Garrel.


En présence de Balthazar Clémenti









PROGRAMME :


🔘 "La Cicatrice intérieure" de Philippe Garrel, 60', 1972
avec : Nico, Philippe Garrel, Pierre Clementi, Christian Päffgen, Daniel Pommereulle, Balthazar Clémenti, Jean-Pierre Kalfon

"En 1972, Nico chante et hurle dans le désert du Nouveau-Mexique, dans des plaines enneigées d’Islande, dans des paysages calcinés d’Egypte. Philippe Garrel tourne "La Cicatrice intérieure", film-trip ultime dans les territoires les plus désolés du monde. Retour sur une œuvre-clé, dont on entend l’écho jusque chez Gus Van Sant ("Gerry") et Vincent Gallo ("The Brown Bunny"), et sur une histoire d’amour mythique entre un cinéaste surdoué et sa fantomatique icône." Les Inrockuptibles


🔘 "Positano" de Pierre Clémenti, 28', 1969
avec : Tina Aumont, Pierre Clémenti, Philippe Garrel, Valérie Lagrange, Nico
Positano est une île de la côte amalfitaine que Neptune aurait, selon la légende, créé par amour d’une nymphe. Et c’est bien d’amour que ce film parle avant tout, un amour total et solaire dans lequel la famille et les amis sont saisis dans un même champ poétique. Juchée sur les rochers de l’île, la maison de Frédéric Pardo et Tina Aumont est devenue en 1968 un lieu de rencontres pour la communauté underground. Pierre Clémenti y séjourne quelques temps et y tourne des images d’une sensualité éblouissante.



TARIFS :


8€ / 6,50€ tarif réduit. Cartes UGC illimité et CIP acceptées



SORTIE DU DVD "La Cicatrice intérieure" le mercredi 10 juillet 2019 chez Re:Voir

Landscape Dissolves de Paul Clipson, une sortie DVD attendue le 31 juillet

"Depuis Brakhage, les films de Clipson comptent parmi les plus claires expressions de la manière dont la vision est formée par le procès - de la manière dont la vue, loin d'être une fonction passive et inerte, forme le monde tout autant qu'elle est formée par lui. En sondant l'univers jusque dans ses moindre détails, souvent au moyen d'un objectif macro, Clipson nous montre, encore et toujours, comment le "renouveler" par l'acte de voir avec ses propres yeux - dirigés sur tout objet ordinaire, comme une feuille, une goutte d'eau, une capsule de bouteille rouillée, un mégot de cigarette -, chaque instant devenant l'occasion de s'émerveiller de la manière dont se forment les contours d'un objet, dont il interagit avec son environnement et en est le produit, dont il apparait et disparait."

Disait  Dan Browne dans son oeuvre Un cinéma pour l'œil intérieur : les films de Paul Clipson




C'est avec enthousiasme que RE:VOIR annonce la sortie le 31 juillet de Landscape Dissolves, une séléction de films de 2009 à 2016  du cinéaste Paul Clipson


Une sélection de quatorze films envoûtants où les lumières de la ville comme les apparitions d'un soleil crépusculaire ponctuent avec frénésie une poésie visuelle d'une douce mélancolie.  
Chacun d'eux est accompagné par la musique d'un compositeur d'exception accentuant l'intensité du mouvement d'une caméra pleine de liberté. 





Des superpositions d'images qui nous paraissent familières où les silhouettes féminines habillent des paysages de par une démarche énergique sur les bords de plage ou encore une nonchalance statique dans des paysages urbains.

"Les films de Paul Clipson sont uniques à notre époque contemporaine, tant par leur intensivité visuelle que par leur engagement dans un domaine allant au delà du langage au delà de la culture de l'information. Clipson veut nous livrer une connaissance du monde, des choses réelles, discrètes et actuelles."

Dan Browne, San Francisco Cinémathéque. 





CHORUS 2009 - 2010, 7' musique par Gregg Kowalsky 

LIGHT FROM THE MESA 2010, 7' musique par Barn Owl 

ABSTEIGEND 2012, 7' musique par Evan Caminiti 

LANDSCAPE DISSOLVES 2012, 6' musique par Alex Cobb 

ORIGIN 2009-2012, 9' musique par Che Chen 

PULSARES E QUASARS 2014, 4' musique par ARP 

VOID REDUX 2013, 6' musique par Barn Owl

BRIGHT MIRROR 2013, 9' musique par Jefre Cantu-Ledesma 

LIGHT YEAR 2013, 10' musique par Tashi Wada
DISPORTING WITH A SHADOW 2015, 4' musique par Alex Cobb 

THE LIQUID CASKET / WILDERNESS OF MIRRORS 2014, 9' musique par Lawrence English 

MADE OF AIR 2014, 11' musique par Grouper 

LIGHTHOUSE 2015, 5' musique par King Midas Sound/ Fennesz 

FEELER 2016, 7' musique par Sarah Davachi 



DVD disponible le 31 juillet 👀

15/05/2019

FILM/STILLS, l'exposition d'Holly Fisher s'invite à la Film Gallery







Comme vous avez pu le remarquer en passant devant notre boutique, The Film Gallery a maintenant son emplacement à côté des éditions RE:VOIR.
Et c'est Holly Fisher qui est à l'honneur ce mois ci, la cinéaste américaine à posé ses valises à Paris pour votre plus grand plaisir. Après la projection de son film "Bullets for Breakfast" édité aux éditions RE:VOIR au cinéma de l'Archipel, l'artiste nous introduit dans son univers par le biais d'autres médiums.






"Presque chacune des sept œuvres incluses dans l’exposition «Films / Stills » de Re-Voir «provenait de divers médias amateurs, notamment des vidéos de 8 mm, S8, Hi-8 et iPhone. Et alors que les images originales ont peut-être été filmées par moi dans un moment palpitant - de manière ludique et impulsive, plusieurs images à la fois et en quelques minutes à l’aide d’une imprimante JK Optical (film) et plus récemment, via plusieurs pistes vidéo rendues possibles sur une timeline de montage vidéo Avid. Ma façon de travailler est donc un mélange de spontanéité, de hasard et d’intention rigoureuse, du début à la fin."




"Le changement de lumière, de couleur et de mouvement me motive à tourner un film, mais c’est la combinaison complexe du rythme et de la pensée qui est le processus de montage, où je sens que mon travail est situé (et où j’ai mon vrai plaisir tourment!). Mon intérêt le plus profond est dans la perception, la mienne et celle du spectateur. Je travaille donc avec juxtaposition, répétition et autres manipulations variées, notamment pour amener le spectateur à ma propre façon d’explorer les images, les idées et la création de sens. Cadrer le travail dans le cadre du je fais, c’est essentiellement combiner encore avec le mouvement à la fois entre et dans les images. Dans ce contexte, la fonction de narration n’est plus de couleur rouge. Il en résulte un tissu d’images et d’idées en constante mutation, au sein duquel le spectateur doit tirer ses propres conclusions de l'avenir"


 Holly Fisher






👀 Exposition au 43 rue du Faubourg St Martin 
jusqu'au 21 juin 

🎬 DVD disponible ici 

09/04/2019

Les tiroirs à RE:Découvrir, une nouvelle rubrique pleine de surprises pour les amoureux du cinéma

Déjà 24 ans que les éditions RE:VOIR existent ! 

En autant d'années, nous avons eu le temps d'accumuler beaucoup de souvenirs autour des cinéastes rencontrés et de leurs films. 
Cette année nous avons décidé de partager ces souvenirs. Des photos, des lettres et des films qui nous font remonter le temps.
Une occasion de re-découvrir des moments et des histoires 




A la une ce mois-ci, c'est le cinéma de Marcel Hanoun qui est à l'honneur! 






Un arbre fou d'oiseaux (1996),


un court métrage en couleur racontant le long travail de mémoire et d'écriture de Sabine dans le but de faire le deuil de la mort de son ami. 








 L’être à l'autre (2001), 


Dans sa solitude, un homme rêve, imagine, fulmine, éructe. Face à son ordinateur, il écrit, il envoie des e-mails, comme des bouteilles à la mer. Robinson, il tente de s’évader, non d’une île déserte, mais d’un monde d’apparences, déserté, vide, inconsistant, mirage d’un mirage.






La boulangère et la cosmonaute (1997), 


Un court métrage de 21 minute racontant le fait qu'une cosmonaute et une boulangère ont été sur le même banc d'école.

Chemin d’humanité (1997)


"La mémoire des Massey (leur saga comme ils disent) appartient à tous. Cinéaste, je m’en suis emparé pour en faire un film que je revendique comme ne m’appartenant déjà plus." (Marcel Hanoun). L’entreprise Massey-Ferguson était implantée dans la zone industrielle de Marquette-lez-Lille (Nord) depuis 1920. Son objet industriel était la fabrication de tracteurs et de moissonneuses-batteuses. En 1983, cette entreprise ferme définitivement ses portes. Ainsi disparaissait l’entreprise métallurgique la plus importante de l’agglomération lilloise. Dix ans après, les formes d’organisation ouvrière subsistent : le syndicat qui, avec le temps, est devenu un syndicat de retraité(e)s avec la mutuelle, la fête de Saint-Eloi, ainsi que la publication du bulletin d’information mensuel des salariés : "l’Unitaire". La production de ce film s’inscrit dans le cadre de la démarche globale de l’association TEC/CRIAC sur la culture et la mémoire du monde du travail et plus particulièrement dans le projet de la "saga des Massey"



Jeanne, aujourd’hui (2000)


À huis clos, une comédienne répète des textes du procès de Jeanne d'Arc. Elle est filmée par une caméra occulte : un écran de télévision, en arrière-plan, restitue son image, image parfois "désynchronisée". Répète-t-elle un spectacle théâtral, télévisuel, cinématographique ? Un personnage féminin "dont on ne voit que la voix" apparaît de temps à autre, filmé de dos, comme en contrechamp, en contrepartie de Jeanne. Cette femme, témoin, énonce des réflexions possibles de spectateurs sur le personnage historique de Jeanne, sur sa représentation éventuelle en images cinématographiques. Des détails récurrents de son parcours traversent le film, jusqu'aux flammes de son supplice.







Les amants de Sarajevo (1994), 


Un court métrage de 23 minutes à la mémoire d'un jeune couple bosniaque assassiné lors de sa fuite à Sarajevo 


Suivez nous sur notre page Facebook et notre Instagram  pour plus de photos et d’événements ! 




05/04/2019

Sortie DVD et Projection de Bullets for Breakfast de Holly Fisher

SAVE THE DATE ! 



Depuis le milieu des années 1960, Holly Fisher est active en tant que cinéaste, graveuse, enseignante et monteuse de films indépendants. Ses courts métrages expérimentaux et ses films-essais sont des explorations dans le temps, de la mémoire et de la perception.






BULLETS FOR BREAKFAST (1992, 16mm, color, 77ʹ)
Des images extraites de My Darling Clementine de John Ford sont à la base d'une interprétation provocatrice dans le film de Holly Fisher, Bullets for Breakfast («Des balles pour le petit déjeuner»). Holly Fisher en mêlant à de magnifiques images faites à la tireuse optique, un dense tissage d'histoire, de poésie et de narration visuelle, explore l'envers violent d'une autre frontière : les relations des genres. Juxtaposant un écrivain de western de pacotille à un poète féministe et une femme travaillant dans une usine de harengs fumés à des personnages de toiles de maîtres européens, Holly Fisher réorganise les images et les histoires selon des motifs musicaux. Bullets for Breakfast, hybride enchanteur des techniques expérimentales et documentaristes, exploite les profondeurs de la subjectivité, brouillant les séparations entre mythe et réalité, fait et fiction.




FROM THE LADIES (1977, 16mm, 20')

GLASS SHADOWS (1976, 16mm, 13')

THIS IS MONTAGE (1978, 16mm, silent, 7')

SOFTSHOE (1987, 16mm, 20')

+ livret de 28 pages / 28 pages booklet

Click HERE 


PROJECTION AU CINEMA DE L'ARCHIPEL 





FUTUR ANTÉRIEUR #4 • HOLLY FISHER
MARDI 7 MAI À 20H AU CINÉMA L'ARCHIPEL
TUESDAY 7TH MAY AT 8PM AT CINEMA L'ARCHIPEL


PROJECTION💥 SIMOOM, 19', 2019 (première mondiale world premiere)
💥 BULLETS FOR BREAKFAST, 77', 1992


en présence de Holly Fisher
in the presence of Holly Fisher